Association d'information sur l'allergie et l'asthme

Vivre avec des allergies et l'asthme

Kyle Gibson, 14 ans, St. Mary's (Ontario)

Plus jeune, j’avais beaucoup d’aide pour mes allergies. Mes parents vérifiaient les ingrédients dans tout ce que j’avalais. C’était eux qui avisaient le personnel au restaurant que mes allergies pouvaient être fatales. Si j’allais chez un ami, ma mère et mon père venaient aussi pour expliquer mes allergies et l’EpiPen® . Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours porté un EpiPen® . Maman et papa ne cessaient jamais de veiller sur moi et ils m’ont montré quelles étaient les responsabilités qui découlaient de mes allergies.

Maintenant, à mesure que je vieillis je dois commencer à assumer ces responsabilités car mes parents ne sont pas toujours avec moi. Quand je suis rentré à l’école, l’arachide et les noix étaient bannies de tout l’immeuble. En maternelle, mon enseignante m’a laissé exposer mon allergie devant toute la classe en présence de ma mère. Au premier cycle du secondaire, toute l’histoire d’un immeuble sans arachide ni noix s’est appliquée à ma salle classe uniquement afin de me préparer aux classes plus avancées. Partout où j’allais, je devais regarder s’il y avait des traces de noix. À l’heure des repas, il fallait que je demande aux amis d’autres classes s’ils avaient mangé des arachides ou des noix dans leur salle de classe. Mes amis encaissaient bien mon allergie car, après un bout de temps, ils se sont mis à envoyer quelqu’un m’avertir quand ils savaient qu’ils avaient mangé quelque chose de dangereux pour moi. Je vérifiais moi-même les étiquettes de ce que mangeais et devais prévenir moi-même le personnel au restaurant quand j’allais manger en ville avec mes amis à l’heure du midi. Aujourd’hui, même quand nous allons au restaurant en famille, c’est moi qui parle de mes allergies.

Ma capacité de vivre une vie normale fait l’une de mes plus grandes forces. Cela m’a permis d’aller en Autriche, en Floride, à Lake Placid, dans toutes sortes de petites villes, à plusieurs restaurants différents et de pratiquer le hockey, le soccer, la planche à neige et la planche à roulettes. Pouvoir faire beaucoup de choses comme les autres m’a donné une grande confiance vis-à-vis mes allergies. Bien sûr, je vais devoir refuser un plat de pâtes à cause des traces possibles de pignons ou encore mettre dans mon sac à dos des collations sans danger si je voyage (au cas où un restaurant ou un magasin n’offrirait que des aliments dangereux pour moi), mais je ne me prive pas de faire les choses que j’aime à cause de mes allergies. À part celles-ci, j’ai appris que j’étais normal et n’avais pas à vivre dans la peur. Bien entendu, il faut que je sache quoi faire en cas d’urgence et comment la prévenir mais il n’est pas nécessaire que cela m’empoisonne la vie.

Fort de mon expérience, je ne crois pas qu’il y ait de quoi faire un plat avec mes dernières années au secondaire. Mes parents m’ont transmis un sentiment de confiance avec lequel j’ai grandi. Je suis prêt maintenant pour finir cette étape de mes études et entrer peu à peu dans le monde adulte. Les seules choses qui ont changé et qui affectent mes allergies sont que je n’ai pas de classe attitrée (pour interdire la présence d’arachide ou de noix), qu’il y a une cafétéria (d’où la possibilité qu’ils utilisent des ingrédients auxquels je suis allergique) et que toutes sortes d’interdits concernant mes allergènes ont été levés.

Mon asthme m’affecte aussi autant que mes allergies, bien qu’il soit saisonnier. Je sais, cependant, comment m’en occuper, quand il est le plus susceptible de m’atteindre et quels sont mes déclencheurs. Je suis conscient que si je ne me sens pas bien, je dois prendre mes médicaments et toujours avoir ma pompe avec moi.

Dans l’ensemble, être un ado avec une allergie pouvant lui être fatale ou de l’asthme ça n’est pas si difficile. Il faut juste savoir quoi faire et être paré en cas de danger. Surtout, il ne faut pas laisser la peur d’une réaction ou d’un crise s’emparer de vous et monopoliser votre vie.

Info asthme allergies, numéro 3 2005

return Retour à la section Histoires vécues

| Politique de confidentialité | Contactez-nous | © AIAA, 2017
Site Web maintenu par Konecny Consulting Inc.